Liberté pour les ours ! (A Sandrine dite « Miss Baïkal »*)

Dimanche Ginette et Bébert avaient trouvé Le pneu de rechange pour la roue avant. Lundi il leur restait à faire remplacer celui de la roue arrière qui n’aurait plus supporté les mauvais chemins russes

L1010454

C’est ce qu’ont effectué Alexander et Anton

L1010459

dans leur atelier situé au bout d’un chemin boueux

L1010463

au milieu de nulle part

L1010449

L1010448.JPG

sous l’œil attentif, quoique bienveillant, de la patronne

L1010447

…………………………………………

 

Puis ce fut le départ pour les rives du lac Baïkal, sous une pluie battante

L1010465

et l’arrivée à Listvianka, « Le Lavandou » de l’Oblast d’Irkousk…

L1010526

L1010502

essentiellement fréquenté, en cette saison , par des touristes chinois et, il faut bien l’avouer, un peut tristounet bien que le « mini hôtel » du vieux couple

L1010485

ait été, selon Booking.com, situé « à quatre minutes de la plage »

L1010492

Mais c’est ce matin que le comble de la déréliction a été atteint, lorsque, pour passer le temps, Ginette et Bébert sont allés visiter un « Siberian Zoo ».

Là, de malheureux animaux faits pour courir en liberté dans les forêts de Sibérie, prisonniers de cages pour la plupart minuscules

L1010515

animaux qui, veuillez le noter, n’étaient coupables de rien,

L1010522

étaient censés distraire ceux que le froid et les galets coupants dissuadaient de se baigner, c’est à dire tout le monde.

Parmi eux un ourson de cinq ou six mois, enfermé avec des chèvres et s’amusant à leur courir après

L1010528

et qui, le reste du temps, semblait soit pensif

L1010529

soit désespéré

L1010531

…………………………………………

Interdisons les zoos et autres cirques maintenant que les films et les parcs animaliers permettent aux habitants des villes (soit 90 % de la population de la planète)  d’avoir un aperçu de la vie sauvage et…Liberté pour les ours** !

 

 

 

 

* Sandrine et son époux ont traversé le lac Baïkal en hiver, dans le sens de la longueur (environ 630 kilomètre), à ski, chacun d’eux tirant derrière lui un traineau en aluminium empli d’un mois de vivres, soit une centaine de kilos… D’où le surnom.

** La conclusion, qui est aussi le titre de ce petit article, est évidemment empruntée au roman épatant de John Irving.

2 réflexions sur “Liberté pour les ours ! (A Sandrine dite « Miss Baïkal »*)

  1. Ginette, ta capote est-elle vraiment étanche sous cette pluie sibérienne?Le zoo de Bâle, c’est plus chaleureux, les animaux plus …heureux….

    J'aime

    1. Je suis enchantée de ma capote que je ne quitte plus. Le lac Baîkal est le plus grand réservoir d’eau douce du monde mais aussi un grand pot de chambre; vers l’est ça ira mieux, je l’espère.
      Ginette

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s