A pied d’oeuvre…

Une fois l’Orange Bleue passée entre les mains de son chirurgien préféré (pose d’un châssis renforcé, d’un frein à disque sur la roue du panier et d’un garde-boue dénommé « Raid » -rien que ça- par les ateliers de Jean Burdet, désormais managés par son fils Gene-Vincent et Vivien, naguère chef d’atelier chez le concessionnaire Triumph GB Motors),

j’ai pris la route du Nord via la Suisse, où mon beau-frère et ami Jörg m’a offert le gîte…

…et le couvert (!),

(Comme tout ce qu’il fait, Jörg fait admirablement la cuisine… I shall return !)

l’Allemagne, où j’ai eu le bonheur de retrouver la famille Greiner-Louchet

et le Danemark où, par le plus grand des hasards, j’ai appris in extremis que notre amie Birgitte (non, il n’y a pas de faute d’orthographe, Birgitte Eriksen, à ne pas confondre avec Brigitte Greiner) habitait depuis peu à Frederikshavn, port d’où je devais m’embarquer le soir même pour la Norvège.

J’ai donc usé -et abusé- de la gentillesse de cette amie francophile et francophone qui m’a emmené à Skagen (prononcez sky-en), sorte, tout à la fois, de Saint-Tropez et de Barbizon, à la pointe nord de la péninsule danoise, assister à un spectacle rare : les rouleaux de vagues formés par la rencontre -le choc devrais-je dire- de la Mer du Nord avec la Mer Baltique

(La réalité -comme en témoigne le bunker allemand au premier plan…)
(…et la même chose vue par un artiste.)

et visiter un joli musée où j’ai retrouvé les Jeunes filles en fleur de Marcel Proust

…………………………….

Et le lendemain matin, ce matin donc, je me suis réveillé au milieu du fjord qui conduit à Oslo !

Me voici donc à pied d’oeuvre, mais comment passer à Oslo

(Oui, c’est bien de la glace sous les jeux pour enfants !)

sans visiter le superbe musée Munch ?

(Regardez bien ce qui se reflète dans les vitres des derniers étages…)
(…un grand navire du port tout proche !)

Musée qui vaudrait le détour même s’il était vide, et qui, en plus, ne l’est pas :

puisqu’il abrite, outre trois versions du fameux « Cri« ,

l’essentiel de l’oeuvre géniale et tragique d’Edvard Munch

peintre dont vous pourrez saisir le pessimisme en comparant, avec celle ci-dessus, sa version des « Jeunes filles en fleur »

………………………

Je compte rester deux ou trois jours à Oslo pour me remettre des bourrasques de pluie des autoroutes allemandes et réfléchir à ce qui pourrait être ma route vers les régions hyperboréales.

Pour m’habituer au froid aussi !

Bébert

13 réflexions sur “A pied d’oeuvre…

    1. Merci Jean. Je ne dirai jamais assez tout ce que je te dois. Et d’abord d’avoir découvert le sidecar grâce à la Royal Enfield Bullet attelée !
      Cet après-midi j’ai clouté les roues de la moto mais non celle du panier, conformément à tes conseils issus de tes expériences mongoles. Je suis quand même heureux que cette dernière soit désormais freinée;

      Bien à toi,

      Bertrand

      PS : Toute ma gratitude à Vivien et Gene-Vincent.

      J’aime

  1. Chic, ton premier article de ce voyage arctique 🙂
    Car nous avions bien vu que le premier était signé de Dame Ginette !
    Ce voyage me donne des fourmis dans les jambes. Isawood ? Tes bagages sont prêts ?

    J’aime

  2. Et ben voilà, c’est tout notre Bébert national, ça, la culture est in-di-sso-ciable de tout voyage, qu’il fut à moto ou non…Tout ce que je suis bien incapable de faire.
    Merveilleuses peintures, merci, tu élèves décidément le débat. Bises . Riri

    J’aime

  3. Salut Bertrand ! content de te lire à nouveau. Beau périple que tu nous fait là, profite et couvre toi bien ! Au plaisir de te revoir…
    Michel (jadisenhiver)

    J’aime

  4. Contente de te savoir arrivé à bon port et de lire ta 1ère narration.
    J’attends impatiemment la suite de tes péripéties comme tu sais si bien les décrire !

    J’aime

  5. Pas de conseil pour rejoindre le Nord, l’E6 est pratique, le reste encore plus chouette, sachant que l’important (le plus beau), comme disent les norvégiens, est en haut .
    Bravo !

    J’aime

    1. Tu n’as pas besoin d’être inspirée chère Isa : ce que tu fais dans les grands espaces américains avec « Hulk », ton camping-car vert bouteille, c’est aussi la Liberté.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s