Vivent les (beaux) culs du Monde !

Eric Dumas, dit « le Riri », grand voyageur devant l’éternel*, avoua un jour à Bébert éviter soigneusement, lors de ses pérégrinations, les endroits touristiques.

« A quoi bon voyager, alors ? » se dit Bébert à part soi. Un court séjour à Marrakech, passage obligé de tout circuit au Maroc, allait lui démontrer la -relative- justesse de cette assertion.

« A Marrakech il vous faut absolument voir le jardin de la villa Majorelle, le musée Yves Saint Laurent, les tombeaux saadiens et, bien sûr, la place Jemaâ el-Fna » avait-on dit à Ginette.

Elle et Bébert étaient donc arrivés dans la Ville rouge,

L1030549

avaient garé le sidecar pour trois jours dans un centre de contrôle technique pour automobiles (!) et, dès le lendemain de leur installation dans un riad de la médina,

L1030555.jpg

L1030564

L1030565

avaient pris un taxi pour le jardin de la villa Majorelle.

Ils n’étaient pas les seuls à avoir eu cette idée

L1090664

idem pour le musée Yves Saint Laurent voisin.

L1090662

Ils avaient donc momentanément renoncé à visiter ces hauts lieux de la culture branchée, se promettant d’y revenir le lendemain à l’aube, et s’étaient rabattus sur les tombeaux saadiens.

Hélas :

L1090712

Abandonnant les sépulcres surfréquentés ils avaient alors décidé de flâner sur la grande place de la médina, la place Jemaâ el-Fna**, espérant que sa vastitude diluerait sa fréquentation;

Peine perdue :

L1090724

Le Riri avait raison !

…………………………………………………..

Le lendemain, sautant le petit-déjeuner, Ginette et Bébert furent les premiers à pénétrer dans le jardin de la villa Majorelle.

Ils ne regrettèrent pas leur jeûne

L1090674

L1090687

 

L1090699

 

L1090707

L1090685

même si la visite du musée voisin

L1090663

encore désert à cette heure, enthousiasma Ginette mais non Bébert pour qui l’art contemporain de Christo et Jeanne-Claude***, les emballeurs de monuments, auxquels une exposition temporaire était consacrée, est du « foutage de gueule »

L1090708

                                                      (La robe de la mariée)

comme est du « foutage de gueule » la prose intello-artisto-journalistique à propos de l’oeuvre, bien artistique, elle, du successeur de Christian Dior :

 

L1090709

……………………………………………

Ils en tirèrent les conclusions

1°) que s’il ne faut pas systématiquement éviter les lieux touristiques, du moins faut il s’y rendre tôt le matin ou, mieux, hors saison ou, encore mieux (comme ils l’avaient fait pour l’Egypte), en période d’attentats,

2°) que rien n’est plus envoûtant que les endroits  inconnus, autrement dit les « culs du Monde »****, tel ce village anonyme traversé sous l’oeil de la cigogne

L1020247

ou la ferme, aujourd’hui maison d’hôtes (très rustique !), dans laquelle Michel Jobert a passé son enfance

L1020273.jpg

ou encore la petite ville de Larache, en arabe el Araïch, autrefois forteresse de pirates

L1090762

puis colonie espagnole et aujourd’hui oubliée des tours opérateurs alors que c’est une vraie merveille, avec sa place andalouse

L1090753

L1090785

sa médina ou Jean Genet avait ses (mauvaises) habitudes

L1090783

L1090776

L1090765

L1090764

et son front de mer si romantique…

L1090755

Ginette et Bébert y firent un délicieux repas de crevettes

L1090793

dans un grand café de style espagnol tenu par un amateur d’Omar…

 

L1090796

…Sharif.

L1090791

 

 

B.

*Pour ceux qui ne connaissent pas (encore) Eric Dumas, dit « le Riri » :  https://youtu.be/kS-SU4mIG3c?t=2

**Dont le nom signifie « Assemblée des morts » car c’est là que l’on exécutait les criminels et exposait leurs têtes coupées… pour l’exemple.

*** https://fr.wikipedia.org/wiki/Christo_et_Jeanne-Claude

**** Comme exemple de grand amateur de culs du Monde : http://lesblogs.motomag.com/tongue-rider7/

2 réflexions sur “Vivent les (beaux) culs du Monde !

  1. J’ai séjourné et aimé Marrakech à une période où le tourisme de masse ne « sévissait » pas encore !

    J'aime

  2. Plutôt d’accord avec Riri. Je préfère les endroits où l’on voit la vraie vie des gens que ceux où la foule se presse. Pas vraiment agoraphobe, mais il est vraiment jouissif de prendre du recul sur un « point de vue » sans avoir une marée humaine devant les yeux qui te cache l’objet de ton regard. Les petits villages, le travail d’un artisan qui t’invite à le voir bosser, tu peux lui acheter sans crainte de te faire refiler une « chinoiserie » même si c’est trop cher, tu sais que lui en profitera.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s